Télécharger Imprimer

Villeneuve d’Ascq, le 19 juin 2019

  • 64% des Européens envisagent de partir en vacances cet été (+5% par rapport à 2018). La progression est particulièrement forte en France : alors qu’un Français sur 2 (51%) déclarait avoir l’intention de partir en vacances l’été dernier, ils sont 62% à le déclarer pour cet été
  • Les vacanciers britanniques ont le budget moyen le plus élevé : 2440 euros en moyenne (2117 livres britanniques ; +168 euros par rapport à l’an dernier), suivis des Italiens (2161 euros en moyenne ; +51 euros) et des Allemands (2060 euros en moyenne ; -39 euros), loin devant les Français (1765 euros en moyenne ; -22 euros)
  • On observe néanmoins de fortes disparités de budgets selon les catégories socio-professionnelles des vacanciers européens. Par exemple, en France, les cadres supérieurs déclarent un budget moyen de 2144 euros alors que les ouvriers déclarent un budget moyen de 1466 euros
  • Près de 8 vacanciers européens sur 10 (79%) indiquent passer leurs vacances en Europe. Les pays les plus plébiscités sont l’Espagne (15%), l’Italie (10%), la France (9%) et le Portugal (9%)
  • La moitié des vacanciers français (51%) ont l’intention de rester en France. Les régions les plus plébiscitées par ces derniers sont la Nouvelle Aquitaine (21%), l’Occitanie (16%) et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (15%)
    Les Français aiment le bord de mer puisque les départements les plus prisés sont la Charente-Maritime (8%), l’Hérault (6%), le Var (5%), les Alpes-Maritimes (4%) et la Vendée (4%)
  • Plus de la moitié des vacanciers européens (53%) déclarent financer leurs vacances en économisant tout au long de l’année, plus spécifiquement les Espagnols (64%), les Portugais (57%), les Britanniques (56%), les Français (55%) et les Allemands (55%).
  • 4% des vacanciers européens déclarent souscrireun crédit à la consommation pour financer leurs vacances d’été, notamment les Britanniques (10%). A l’inverse, seuls 3% des Français déclarent utiliser ce moyen de financement.

A deux semaines du début des vacances d’été, Cofidis, un des principaux acteurs du crédit à la consommation en France, publie ce jour les résultats de la 2ème édition de l’enquête exclusive « Les vacances d’été des Européens : budget, financement et bons plans », réalisée en partenariat avec l’institut YouGov. Des échantillons représentatifs de la population nationale (18 ans et plus) de huit pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne, Danemark, Italie, Espagne, Portugal et Pologne) ont été interrogés dans le cadre de cette enquête*.

Parmi les principaux résultats, près de deux-tiers des Européens (64% ; +5 pts par rapport à l’an dernier) envisagent de partir en vacances cet été.

Cette envie est particulièrement marquée dans les pays du Sud de l’Europe, notamment au Portugal (73% ; +14 pts), en Espagne (67%) et en Italie (66%). Elle est plus faible dans les pays du Nord et de l’Ouest de l’Europe : France (62% ; +11 pts), Royaume-Uni (58%), Danemark (57%) et Allemagne (55%).

La grande majorité des vacanciers européens prévoient de rester dans leurs pays d’origine pour leurs vacances, notamment les Espagnols (52%), les Français (51%) et les Portugais (47%). Ces pays bénéficient en effet d’un climat particulièrement favorable pour les vacances, qui n’encouragent pas leurs habitants à partir à l’étranger.

A l’inverse, seuls 27% des Allemands et 23% des Britanniques ont l’intention de rester dans leur pays d’origine pour les vacances.

Le fait de rester dans son pays d’origine impacte nécessairement le budget des vacances. On observe ainsi que les Espagnols, les Français et les Portugais déclarent consacrer un budget moyen plus faible que leurs voisins du Nord de l’Europe.

Ainsi, les Britanniques déclarent le budget le plus élevé (2117 livres britanniques soit 2440 euros en moyenne ; +168 euros par rapport à l’an dernier), suivis des Italiens (2161 euros ; +51 euros), des Allemands (2060 euros ; -39 euros), des Espagnols (1957 euros ; +17 euros), des Français (1765 euros en moyenne ; -22 euros), des Portugais (1366 euros ; -65 euros) et des Polonais (4771 zloty soit 1108 euros).

Pour les vacanciers européens qui ont l’intention de partir hors de leur pays d’origine, l’Espagne (15%), l’Italie (10%), la France (9%) et le Portugal (9%) sont les destinations les plus prisées. Seuls 12% des vacanciers européens prévoient de partir sur un autre continent, notamment les Britanniques (15%). Ces derniers déclarent notamment privilégier l’Amérique du Nord et centrale (9%). Par ailleurs, on observe que la perspective du Brexit ne contraint pas les Britanniques à renoncer ou à modifier leur destination de vacances : 77% d’entre eux déclarent qu’ils ne renonceront pas à leurs vacances et 74% déclarent qu’ils ne changeront pas de choix de destination de vacances.

Les économies réalisées au fil de l’année sont le principal mode de financement des Européens pour les vacances cet été : plus de la moitié des vacanciers européens (53%) déclarent utiliser ce mode de financement, notamment les Espagnols (64%), les Italiens (57%), les Portugais (57%), les Britanniques (56%), les Français (55%) et les Allemands (55%).
Près d’un tiers des vacanciers européens (30%) déclarent utiliser leur budget dédié aux dépenses courantes / le salaire du mois pour financer leurs vacances, notamment les Français (40%), les Britanniques (38%) et les Allemands (35%).
Près d’un vacancier européen sur 5 (23%) a l’intention de puiser dans son épargne de long terme, notamment les Danois (50%) et les Polonais (33%). En comparaison, seuls 20% des Français déclarent utiliser ce moyen de financement.
Enfin, 4% des vacanciers européens déclarent souscrire un crédit à la consommation pour financer leurs vacances d’été, notamment les Britanniques (10%). A l’inverse, seuls 3% des Français déclarent utiliser ce moyen de financement.
Afin de limiter le coût des vacances, 88% des vacanciers européens déclarent utiliser des astuces et bons plans, notamment les Portugais (97%), les Polonais (94%) et les Italiens (94%).
Un tiers d’entre eux déclarent réserver leurs déplacements/hébergements en avance, notamment les Portugais (42%) et les Britanniques (38%). En revanche, cette astuce est moins utilisée par les Allemands (27%).
Près d’un tiers d’entre eux (29%) envisagent de partir en juin ou en septembre afin de profiter des tarifs plus attractifs, notamment les Portugais (36%), les Polonais (34%) et les Britanniques (32%). Enfin, 28% d’entre eux ont l’intention de limiter leurs repas au restaurant, notamment les Portugais (41%) et les Français (36%).


Focus sur les vacanciers français

  • 62% des Français envisagent de partir en vacances cet été (contre 51% l’an dernier), notamment les cadres supérieurs (81% contre 62% des employés et 56% des ouvriers), les CSP+ (76% vs. 60% pour les CSP-), les habitants de Paris / IDF (73%), les 35-44 ans (71%), les personnes ayant des enfants (71% vs. 59% pour celles sans enfant) et celles en couple (68% vs. 53% pour les célibataires).
  • La moitié des vacanciers français (51%) envisagent de rester en France. Les régions les plus plébiscitées sont la Nouvelle Aquitaine (21%), l’Occitanie (16%) et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (15%). Les départements les plus prisés sont la Charente-Maritime (8%), l’Hérault (6%), le Var (5%), les Alpes-Maritimes (4%) et la Vendée (4%).
  • Pour ceux qui ont décidé de partir hors de France (42% des vacanciers français), les destinations privilégiées sont l’Espagne (8%), le Portugal (5%) et l’Italie (4%).
  • Le budget moyen des vacanciers français pour les vacances d’été est de 1765 euros (-22 euros par rapport à 2018), avec des différences selon le sexe (1935 euros pour les hommes vs. 1599 euros pour les femmes), l’âge (les 35-44 ans dépensent le plus : 1989 euros), le lieu de résidence (2225 euros pour les habitants de Paris / IDF vs. 1649 euros pour ceux vivant en Province), les CSP+ (2067 euros en moyenne contre 1433 euros pour les CSP-), les personnes avec des enfants (2062 euros en moyenne) et celles en couple (1931 euros en moyenne).
  • Plus de la moitié des vacanciers français (55%) déclarent économiser toute l’année pour payer leurs vacances. 40% déclarent piocher dans leur budget consacré aux dépenses courantes, un Français sur 5 (20%) déclare utiliser son épargne de long terme, 18% déclarent avoir recours aux chèques vacances et 3% déclarent souscrire un crédit à la consommation.
  • 91% des vacanciers français déclarent utiliser des astuces / bons plans pour limiter le coût de leurs vacances. Plus d’un tiers d’entre eux (36%) ont l’intention de limiter leurs repas au restaurant. Un quart d’entre eux (25%) déclarent partir au mois de juin ou septembre. Enfin, un sur 5 (22%) déclare emporter des courses alimentaires pour ne pas avoir à les acheter sur place.

« Par rapport à l’an dernier, on observe que les Européens aspirent davantage à partir en vacances cet été. C’est particulièrement le cas des Français, dont l’intention de départ en vacances progresse de 11 points. Néanmoins, cette tendance plutôt encourageante cache de fortes disparités selon les catégories socio-professionnelles. Alors que 81% des cadres supérieurs déclarent partir cet été, ils sont uniquement 62% chez les employés et 56% chez les ouvriers. Cela traduit la situation financière particulièrement tendue de certaines catégories de la population française, qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, doivent rogner sur les loisirs et renoncer à se faire plaisir », déclare Céline François, Directrice Marketing de Cofidis France.


Résultats détaillés

Deux tiers des européens ont l’intention de partir en vacances cette année

Près de deux-tiers des Européens (64% ; +5 pts par rapport à l’an dernier) déclarent partir en vacances cet été. Ils sont 73% au Portugal (principalement les couples avec enfant : 82%), 70% en Pologne (notamment les 35/44 ans : 77%), 67% en Espagne, 66% en Italie, 62% en France, 58% au Royaume-Uni, 57% au Danemark et 55% en Allemagne.
Cette envie de partir a progressé dans la majorité des pays européens par rapport à l’an dernier, notamment au Portugal (+14 pts) et en France (+11 pts).

Près de 8 Européens sur 10 (79%) prévoient de passer leurs vacances en Europe. Une forte proportion des habitants des pays du Sud et de l’Ouest de l’Europe déclare rester dans leur pays pour les vacances, notamment les Espagnols (52%), les Français (51%), les Portugais (47%) et les Italiens (42%). Cela peut s’expliquer par le fait que ces pays jouissent d’un climat favorable pendant d’été et qu’ils soient bordés par la mer ou l’océan.

Seuls 12 % des Européens prévoient de partir en vacances sur un autre continent, notamment les britanniques (15%). Ces derniers déclarent privilégier l’Amérique du Nord et Centrale (9%).

Les Français privilégient le bord de mer

En France, près de deux tiers (62%) des personnes interrogées ont l’intention de partir en vacances cet été, avec des différences majeures selon les catégories socio-professionnelles : cadres supérieurs (81% vs. 62% des employés et 56% des ouvriers) et CSP+ (76% vs. 60% pour les CSP-). Il existe également des différences marquantes selon le lieu d’habitation, l’âge et la situation matrimoniale :
les habitants de Paris / IDF (73%), les 35-44 ans (71%), les personnes ayant des enfants (71% vs. 59% pour celles sans enfant) et celles en couple (68% vs. 53% pour les célibataires).

L’intention de partir en vacances est particulièrement forte par rapport à 2018 (+11 pts) sur l’ensemble des catégories de population, en particulier chez les 35-44 ans (+15 pts), les CSP+ (+14 pts) et les femmes (+12 pts). Cela peut s’expliquer par une amélioration du moral des ménages depuis six mois1.

Plus d’un vacancier français sur 2 a l’intention de rester en France cet été, notamment les foyers avec enfants (57%), les retraités (55%) et les habitants des villes de petite ou moyenne taille (55%).

Les trois régions de France les plus plébiscitées sont :
– La Nouvelle Aquitaine (21%), en particulier par les habitants du Nord-Ouest (34%) et les retraités (25%). Les vacanciers prévoient un budget de 1299 euros en moyenne.
– L’Occitanie (16%), en particulier par les 35/44 ans (21%), les 45/54 ans (21%) et les femmes (21%). Les vacanciers prévoient un budget de 1151 euros en moyenne.
– Provence-Alpes-Côte d’Azur (15%), en particulier par les étudiants (22%), les habitants du Nord-Est (21%) et les CSP+ (21%). Les vacanciers prévoient un budget de 1433 euros en moyenne.

On observe que les vacanciers français aiment le bord de mer puisque les trois départements les plus attractifs sont :
– La Charente-Maritime (8%), notamment par les 45 ans et plus (20%) et les retraités (11%). On observe qu’il s’agit également d’un département privilégié par les couples avec ou sans enfant, et aussi bien par les CSP+ que les CSP-. Les vacanciers prévoient un budget de 1465 euros en moyenne.
– L’Hérault (6%), en particulier par les 35-44 ans (13%) et les personnes aux revenus élevés (11%). Les vacanciers prévoient un budget de 1602 euros en moyenne.
– Le Var (5%), surtout par les personnes aux revenus élevés (12%). Les vacanciers prévoient un budget de 1875 euros en moyenne.

Pour ceux qui déclarent de partir hors de l’hexagone, les destinations privilégiées sont l’Espagne (8%, principalement les foyers avec enfants : 12%), le Portugal (5%) et l’Italie (4%, notamment les retraités : 7%).

Le budget des vacances d’été 2019 : les Britanniques en tête (2240 euros en moyenne)

On observe une grande hétérogénéité des budgets entre les différents pays européens. Les Britanniques déclarent le budget moyen le plus élevé (2440 euros, équivalent à 2117 livres britanniques), qui peut s’expliquer par leurs destinations de vacances : plus lointaines que le reste des Européens (60% des Britanniques déclarent quitter leur pays d’origine pour les vacances, et 15% d’entre eux déclarent passer leur séjour hors de l’Europe, principalement en Amérique du Nord).
Suivent ensuite les budgets des Italiens (2161 euros en moyenne), des Allemands (2060 euros en moyenne), des Danois (14741 couronnes danoises soit 1974 euros en moyenne), des Espagnols (1957 euros en moyenne), des Français (1751 euros en moyenne), des Portugais (1366 euros en moyenne) et des Polonais (4771 zloty soit 1108 euros en moyenne).
Le budget « vacances d’été » a globalement augmenté dans l’ensemble des pays européens par rapport à 2018, notamment au Royaume-Uni (+168 euros), en Italie (+51 euros) et en Espagne (+17 euros). En revanche, il a légèrement diminué au Portugal (-61 euros) et en Allemagne (-39 euros).

En France, le budget moyen pour les vacances d’été est de 1765 euros en moyenne (-22 euros par rapport à 2018), avec des différences selon le sexe (1935 euros pour les hommes vs. 1599 euros pour les femmes), l’âge (les 35-44 ans dépensent le plus : 1989 euros), le lieu de résidence (2225 euros pour les habitants de Paris / IDF vs. 1649 euros pour ceux vivant en Province), les CSP+ (2067 euros en moyenne contre 1433 euros pour les CSP-), les personnes avec des enfants (2062 euros en moyenne) et celles en couple (1931 euros en moyenne).

Les Européens économisent toute l’année pour financer leurs vacances

Les vacances d’été constituent un budget important et plus de la moitié des vacanciers européens (53%) économisent toute l’année pour les financer, notamment les Espagnols (64%), les Italiens (57%), les Portugais (57%), les Britanniques (56%), les Français (55%) et les Allemands (55%).

On observe néanmoins des spécificités propres à certains pays qui sont étroitement liées aux politiques d’aides publiques et aux aides versées par les employeurs :
– Portugal : 40% des vacanciers utilisent la prime de congés versée par leur employeur
– France : 18% des vacanciers utilisent des chèques vacances
– Danemark : 50% des habitants puisent dans leur épargne
– Pologne : près d’un vacancier sur 5 (16%) utilise la prime de congés versée par son employeur

4% des vacanciers européens déclarent souscrire un crédit à la consommation pour financer leurs vacances d’été, notamment les Britanniques (10%).

Un recours généralisé aux astuces et bons plans pour limiter le coût des vacances

Afin de limiter le coût des vacances, 88% des vacanciers européens déclarent utiliser des astuces et bons plans, notamment les Portugais (97%), les Polonais (94%) et les Italiens (94%).
Un tiers d’entre eux déclarent réserver leurs déplacements/hébergements en avance, notamment les Portugais (42%) et les Britanniques (38%). En revanche, cette astuce est moins utilisée par les Allemands (27%).
Près d’un tiers d’entre eux (29%) envisagent de partir en juin ou en septembre afin de profiter des tarifs plus attractifs, notamment les Portugais (36%), les Polonais (34%) et les Britanniques (32%).
Enfin, 28% d’entre eux ont l’intention de limiter leurs repas au restaurant, notamment les Portugais (41%) et les Français (36%).

Les vacanciers français ont principalement l’intention de limiter leurs repas au restaurant : 36% d’entre eux, notamment les femmes (41%) et les 18-24 ans (38%). Un quart des vacanciers déclarent privilégier les mois de juin et septembre pour partir afin de profiter de tarifs plus attractifs, notamment les retraités (41%) et les personnes sans enfant(s) (30%).


1 Source : INSEE https://www.insee.fr/fr/statistiques/4139640


*Méthodologie de l’enquête
Une étude réalisée par YouGov pour Cofidis France, par questionnaire auto-administré du 8 au 15 avril 2019 auprès d’un échantillon de 10460 personnes âgées de 18 ans et plus représentatives de la population nationale de chaque pays (France / Grande-Bretagne / Allemagne / Danemark / Italie / Espagne / Portugal / Pologne)

A propos de COFIDIS France
Avec 2 millions de clients et 350 enseignes partenaires, Cofidis est depuis plus de 30 ans l’un des principaux acteurs du crédit à la consommation en France (crédits renouvelables et prêts personnels, solutions de paiement, assurance, rachat de créances et partenariats). Acteur fortement engagé dans l’accompagnement de ses clients, Cofidis s’appuie sur un conseil personnalisé, des outils & services innovants et la pédagogie du crédit pour faire du consommateur un acteur de son budget, informé et responsable. Cofidis contribue également au dynamisme commercial des enseignes de distribution et sites e-commerce grâce à des solutions performantes et sur-mesure en matière de facilités de paiement (carte 4 étoiles, 1euro.com, 3xCB, crédit amortissable). Pour en savoir plus : www.cofidis.fr et www.cofidis-retail.fr

 

Contacts presse

Xavier ROC

xavier.roc@agencebabel.com
Tel : 01 53 00 10 58

Diane DELAROIERE

diane.delaroiere@cofidis.fr
Tel : 03 28 77 67 02