Télécharger Imprimer

Villeneuve d’Ascq, le 17 février 2021

  • Près d’un tiers des Français (29%) a dû faire face à un imprévu financier en 2020. En moyenne, les Français touchés ont dû faire face à 2,4 imprévus en un an. Des imprévus qui touchent particulièrement les familles monoparentales (62%), les foyers vivant avec 1 000 euros ou moins par mois (49%), les moins de 35 ans (38%) et les CSP- (37%).

 

  • Des imprévus qui interviennent malgré une grande prudence financière de la part des Français : 80% des Français s’estiment prévoyants, dont 34% déclarent l’avoir davantage été en 2020.

 

  • Le montant de ces imprévus financiers atteint des records avec une moyenne de 3 624 euros en 2020 et plus de la moitié des personnes touchées (55%) ont dépensé plus de 1 000 euros. En comparaison, en 2016, le montant moyen des imprévus des Français était de 1 926 euros par an.

 

  • Ces imprévus ont accru les inquiétudes des Français : près d’un tiers d’entre eux s’est dit plus inquiet qu’à l’accoutumée à l’idée de devoir faire face à un imprévu au cours des derniers mois (29%), notamment les familles monoparentales (62%), les moins de 35 ans (42%) et les CSP- (38%). Ceux-ci les ont également mis davantage en difficulté qu’il y a cinq ans : 69% des Français l’attestent (contre 65% en 2016), notamment les foyers avec enfants (85%) et les CSP- (77%).

 

  • Les imprévus financiers des Français sont d’abord liés à des travaux ou des pannes (35% pour le remplacement d’un véhicule), mais également à des frais de santé (26%, dont plus d’un tiers pour les 65 ans et plus). De nombreux imprévus sont par ailleurs directement liés à la crise sanitaire et économique, tels que le chômage partiel qui concerne 19% des Français.

 

  • Pour y faire face, les Français capitalisent principalement sur leur épargne personnelle (62%), des changements d’habitude de consommation pour 32% d’entre eux, mais encore faut-il le pouvoir : une solution en net déclin avec 11 points de moins qu’en 2016.

 

  • Près d’un Français sur 5 (19%) souscrit un crédit à la consommation pour faire face à un imprévu financier (+ 8 points par rapport à 2016)

 

Villeneuve-d’Ascq, le 17 février 2021 – Cofidis, un des principaux acteurs du crédit à la consommation en France, dévoile ce jour les résultats de la 2ème édition de l’enquête « Les Français et les imprévus financiers ».

 

L’année 2020 a été marquée par la crise sanitaire et ses conséquences économiques, multipliant les incertitudes, notamment financières pour les Français : baisse de rémunération liée au chômage partiel, arrêt de l’activité, … qui se sont ajoutées aux imprévus courants tels que les frais de santé inhabituels, les découverts bancaires, les accidents de la vie, les factures non prévues, les travaux, …

 

Dans ce contexte, Cofidis s’est interrogé sur l’impact de ces imprévus sur la situation financière des Français : de quelle nature sont-ils ? Quels sont les Français les plus touchés ? Sont-ils en capacité d’y faire face ? Quelles stratégies financières adoptent-ils ? Quelle place pour le crédit à la consommation dans ces solutions adoptées ?

 

Près d’un tiers des Français (29%) a dû faire face à un imprévu financier en 2020. En moyenne, les Français touchés ont dû faire face à 2,4 imprévus en un an. Des imprévus qui touchent particulièrement les familles monoparentales (62%), les foyers vivant avec 1 000 euros ou moins par mois (49%), les moins de 35 ans (38%) et les CSP- (37%).

 

Le montant de ces imprévus financiers atteint des records avec une moyenne de 3 624 euros en 2020 et plus de la moitié des personnes touchées (55%) ont dépensé plus de 1 000 euros. En comparaison, en 2016, le montant moyen des imprévus des Français était de 1 926 euros.

 

La crise sanitaire a eu un impact direct sur les imprévus financiers vécus par une part importante de la population française. Au cours d’une année marquée par des confinements, des fermetures administratives et un chômage total ou partiel, de nombreux Français ont dû faire face à des imprévus totalement inédits. Ce fut notamment le cas pour 19% des Français qui mentionnent une perte de revenus partiels liés au chômage partiel, voire l’arrêt total de leur activité (pour 15%) ou de la perte d’un emploi (8%).

 

A ces imprévus inédits viennent souvent s’ajouter des imprévus plus habituels. Les pannes ou travaux urgents dans la maison représentent en effet la plus grande part des imprévus pour les Français, tout particulièrement concernant le véhicule (remplacement ou réparations urgentes) pour 35% des Français ayant fait face à un imprévu. De même, le remplacement d’appareils électroménagers ou de travaux urgents au sein du foyer constituent des postes de dépenses importants mais indispensables.

 

Dans ce contexte d’accumulation des imprévus financiers, il est encore plus difficile pour certains Français de faire face à certaines dépenses, notamment des dépenses de santé qui sont mentionnées par 26% des personnes ayant dû faire face à un imprévu, particulièrement pour les plus de 65 ans (36%) et les CSP- (31%).

 

Une part importante de Français (34%) s’est ainsi montrée plus inquiète qu’à l’accoutumée à l’idée de devoir faire face à un imprévu au cours des derniers mois (29%), notamment les familles monoparentales (62%), les moins de 35 ans (42%) et les CSP- (38%).

 

Des imprévus auxquels les Français font face, majoritairement, en utilisant leur épargne personnelle (62%), s’ils en disposent. La deuxième solution reste, comme en 2016, un changement des habitudes de consommation. Cependant, il n’est pas toujours possible de le faire ou pas toujours nécessaire quand d’autres recours existent. Une solution qui est donc de moins en moins privilégiée par les Français (11 points de moins qu’en 2016). Le crédit à la consommation est la troisième solution envisagée pour faire face aux imprévus, quels qu’ils soient. Un outil utile et adapté, de plus en plus ancré dans l’esprit des Français avec une hausse de 8 points en 4 ans.

 

Les Français adoptent des stratégies pragmatiques, en fonction de leur situation, encore dégradée par la crise économique :

 

  • Les foyers avec enfants, durement touchés par les imprévus en 2020 (85%) ont davantage tendance à utiliser leur épargne (pour la moitié d’entre eux – 50%).
  • Les familles monoparentales ne sont que 36% à pouvoir puiser dans leur épargne. Elles changent alors leurs habitudes de consommation, obligées de rogner encore davantage leur budget (15,2%), ou utilisent leur découvert bancaire (15,2%). Des solutions également utilisées par les foyers les moins aisés qui ne disposent que de peu – ou pas – d’épargne et qui n’ont parfois pas la possibilité de changer leurs habitudes de consommation.
  • Les jeunes, très touchés par l’arrêt de leur activité (28,6% des 18-24 ans ayant dû faire face à des imprévus financiers), puisent dans leur épargne personnelle ou renoncent à un achat coup de cœur, se montrant plus rationnels pour répondre à une nécessité.

 

Mathieu Escarpit, Directeur Marketing de Cofidis, déclare : « Les imprévus financiers peuvent concerner tous les Français et l’année 2020 a été synonyme d’accumulation pour certains. La difficulté est que tous n’ont pas les revenus ou l’épargne suffisants pour y faire face, d’autant plus que le montant de ces imprévus est en très forte hausse. Le crédit à la consommation permet alors de pallier ces dépenses importantes, non prévues, et souvent indispensables comme des frais de santé ou des travaux à effectuer urgemment. »

 

Pour télécharger l’infographie des résultats de l’enquête, cliquez ici

 

Résultats détaillés

Les imprévus : un budget conséquent en 2020

 

Durant cette année particulière, 29% des Français ont dû faire face à un imprévu financier. Les plus touchés ont été les foyers les plus fragiles, notamment les familles monoparentales (62%), les foyers à faibles revenus (moins de 1000€/mois : 49%) et les plus jeunes (moins de 35 ans : 38%).

 

Sur ces 12 derniers mois, les Français ont été touchés en moyenne par 2,4 imprévus. On note un nombre important d’imprévus financiers chez les jeunes : en moyenne, les 25-34 ans ont subi 2,8 imprévus financiers en 2020, et 18,8% d’entre eux en ont même connu plus de 5. A l’inverse, les plus de 50 ans ont connu moins d’imprévus cette année (2 en un an). La grande majorité des Français s’est montrée pourtant prévoyante (80% d’entre eux, soit 9 points de plus qu’en 2016) et 34% déclarent l’avoir été encore davantage ces derniers mois, notamment les plus jeunes (40% chez les moins de 35 ans) et les familles monoparentales (55%).

 

Ces imprévus ont un cout particulièrement important en 2020 : 3 624€ en moyenne, et pour 55% d’entre eux, la somme dépensée a été supérieure à 1000€ (21% entre 500 et 999 euros, 9% entre 100 et 499 euros et 8% moins de 100 euros). En 2016, cette somme dépensée était beaucoup moins importante : 1 926€ en moyenne. La part des personnes ayant dû dépenser plus de 1000€ a également beaucoup augmenté (40% en 2016 vs 55% en 2020) alors que les imprévus plus modestes (entre 100 et 499€) ont diminué (-19 points).

 

Une année 2020 marquée par des imprévus d’un nouvel ordre

 

La crise sanitaire a fait émerger de nouveaux types d’imprévus, touchant fortement les Français :  perte de revenus liée au chômage partiel (pour 19% d’entre eux), arrêt total ou partiel de son activité (15%) et perte d’un emploi (8%).

 

On note également une part inquiétante de frais imprévus liés à la santé : 26% des personnes ayant subi un imprévu ont dû régler des frais de santé (un chiffre qui monte à 36% chez les personnes âgées de 65 ans et plus et à 31% chez les CSP-).

Les imprévus plus « habituels » restent importants cette année et se cumulent : frais liés à des pannes ou un remplacement de véhicule (35%), travaux urgents dans la maison (25%) et remplacement d’appareils électroménagers (25%).

 

Dans ce contexte, près d’un Français sur trois (29%) se déclare plus inquiet à l’idée de devoir faire face à un imprévu financier. Un climat anxiogène pour 62% des familles monoparentales, pour 49% des personnes aux revenus modestes (1 000 euros et moins) et 42% des plus jeunes (moins de 35 ans).

 

Un éventail de stratégies financières en fonction des possibilités de chacun

 

Les personnes touchées ont adopté différentes solutions et stratégies financières pour pallier cette dépense imprévue.

 

62% (+9 points vs 2016) des personnes touchées ont puisé dans leur épargne personnelle. Cette solution est d’ailleurs la première stratégie utilisée par 47% des Français dans le cadre d’une dépense imprévue.

 

Le crédit à la consommation pour étaler et maitriser les dépenses est une stratégie de plus en plus utilisée par les Français : 19% cette année (+8 points vs 2016). L’utilisation du découvert bancaire de manière temporaire reste importante (19%) mais diminue fortement (-10 points vs 2016).

 

Il convient aussi pour certains de renoncer à des habitudes et à certains plaisirs : 32% (-11 points vs 2016) changent leurs habitudes de consommation (ce que sont moins enclins à faire les plus âgés, seuls 25% des 50 ans et plus optent pour cette solution).  Une minorité de Français parvient à se contenter de renoncer à des dépenses non essentielles : 18% renoncent à un achat « coup de cœur » (-17 points) et 15% renoncent à un projet personnel pour faire face à un imprévu. L’entourage reste aussi une solution pour 16% d’entre eux, un chiffre stable (-1 point vs 2016).

 

Méthodologie de l’enquête :

 

Une étude réalisée par CSA Research pour Cofidis France, par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 21 décembre 2020 auprès d’un échantillon représentatif de 1010 Français âgés de 18 ans et plus, construit selon la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de profession du répondant, de région et de taille d’agglomération.

 

A propos de Cofidis

Avec 2 millions de clients et 350 enseignes partenaires, Cofidis est depuis plus de 30 ans l’un des principaux acteurs du crédit à la consommation en France (crédits renouvelables et prêts personnels, solutions de paiement, assurance, rachat de créances et partenariats). Acteur fortement engagé dans l’accompagnement de ses clients, Cofidis s’appuie sur un conseil personnalisé, des outils & services innovants et la pédagogie du crédit pour faire du consommateur un acteur de son budget, informé et responsable. Cofidis contribue également au dynamisme commercial des enseignes de distribution et sites e-commerce avec l’offre la plus large du marché en matière de solutions de paiement. L’accompagnement de ses partenaires dans le développement de leur activité est au cœur de ses préoccupations. Fort de son positionnement centré sur la satisfaction client, Cofidis apporte des solutions de paiement fluides, omnicanal et parfaitement intégrées dans les parcours d’achats. Pour en savoir plus : www.cofidis.fr

 

Contact presse – Agence Babel

Eve Taraborrelli – eve.taraborrelli@agencebabel.com – 07 77 30 45 96

Contacts presse

Jessica FRONEK

jessica.fronek@agencebabel.com
Tel : 01 53 00 11 92

Diane DELAROIERE

diane.delaroiere@cofidis.fr
Tel : 03 28 77 67 02