Avec 36% d’écart et malgré une sensibilisation accrue des pouvoirs publics sur le sujet, l’inégalité des salaires entre les femmes et les hommes reste importante. Elles perçoivent en moyenne 1 411 euros net mensuels contre 2 213 euros net, soit 802 euros d’écart.

Des inégalités pour toutes

L’écart de revenus entre les hommes et les femmes tient principalement à deux facteurs : d’abord, les femmes travaillent davantage à temps partiel (28% contre 8% des hommes), ce qui entraîne une plus faible rémunération mensuelle.

Mais leurs salaires sont également inférieurs à ceux des hommes à catégorie professionnelle égale : à temps partiel, elles gagnent 286 euros mensuels de moins que leurs collègues masculins, et 570 euros mensuels de moins quand elles sont à temps complet… Les femmes cadres ne sont pas épargnées – bien au contraire – avec un écart de plus de 700 euros comparé aux hommes. Mais c’est chez les artisans/commerçants/chefs d’entreprises que la différence est la plus importante : 981 euros nets mensuels (1 318 euros pour les femmes contre 2 299 euros pour les hommes) !

Écart salarial entre hommes et femmes

Une situation financière tendue

La moitié des femmes ont été à découvert au moins une fois sur les douze derniers mois. Plus nombreuses que les hommes à déclarer toucher des aides financières, elles sont aussi deux fois plus nombreuses à avoir emprunté de l’argent à leur entourage sur la période. Avec un budget inférieur à celui des hommes, les femmes ont pourtant moins ressenti la baisse de leur pouvoir d’achat au cours de l’année écoulée (48% contre 59% des hommes).

Étude situation financière des françaises

Salaires inférieurs pour charges supérieures

Fini le stéréotype de la dépensière ! Les femmes dépensent moins que les hommes dans de nombreux domaines : alimentation, énergie, santé, transports. Elles dépensent en revanche davantage pour leur logement avec un écart de 58 euros mensuels en moyenne : cela est probablement lié au fait qu’elles sont 40% à vivre avec des enfants contre 28% des hommes. Ces dépenses de première nécessité pèsent dans le porte-monnaie des femmes qui sont un quart (24%) à avoir du mal à boucler leurs fins de mois, contre 15% des hommes.

Anticipation et priorisation des dépenses

Concernant l’organisation du budget, les femmes sont 89% à préférer planifier leurs dépenses jusqu’à 6 mois en amont.

Femmes planifient leurs dépenses en amont

De leur côté, les hommes sont plus nombreux à avoir recours au crédit à la consommation pour financer leurs projets (19% contre 15%), et ils empruntent des sommes plus importantes : plus de 9 000 €, contre moins de 8 000 € chez les femmes. Pour améliorer leur pouvoir d’achat, elles sont donc 74% à rechercher des astuces et des bons plans : soldes, promotions, ventes privées mais aussi achats d’occasion. Des pratiques insuffisantes pour plus de la moitié d’entre elles qui sont malgré tout forcées de faire passer au second plan les « achats plaisir ». Ainsi, elles sont 22% de plus que les hommes à devoir renoncer à des projets de voyages, loisirs, sorties ou achats de vêtements.

Source
Enquête COFIDIS / CFA Research « Les femmes : pouvoir d’achat, arbitrages et de consommation », mars 2019.

Méthodologie de l’enquête

Une étude réalisée par CSA Research pour Cofidis France par questionnaire auto-administré du 22 au 29 janvier 2019 auprès d’un échantillon de 1000 Français âgés de 18 ans et plus, représentatif de la population française, construit selon la méthode des critères de sexe, d’âge, de profession du répondant, de région de résidence et de taille d’agglomération.

Sur le même sujet

Vignette étude seniors
Enquête : La situation financière des séniors

Crédit consoSéniors
02/04/19 2m40s

Enquête : le pouvoir d'achat des Français

BaromètreConsommationPouvoir d'achat
17/09/19 2m33s

Vignette baromètre 2018
Enquête : Les Français et leur pouvoir d'achat

Consommation
13/09/18 2m20s